Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil
Actions sur le document

Personnes très âgées en institution : leur « fragilité » impacte la prise en charge de l’hypertension artérielle

Par Laurence VERGERDernière modification 27/05/2016 12:57

C’est l’hypothèse posée par une des études du Programme Hospitalier de Recherche Clinique PARTAGE, lancé en 2007, menée par 4 équipes français (Nancy, Toulouse, Paris et Dijon) auxquelles sont associées des équipes italiennes, et coordonné depuis Nancy par le Pr Athanase Bénétos, chef du service gériatrique du CHRU. Cette publication intitulée « Treatment With Multiple Blood Pressure Medications, Achieved Blood Pressure, and Mortality in Older Nursing Home Residents : The PARTAGE Study» publiée l’an dernière dans la revue « JAMA Internal Medicine » (2015 Jun ; 175(6) : 989-95), vient de recevoir le mois dernier une reconnaissance significative étant sélectionnée par FACULTY 1000, une distinction destinée aux articles les plus intéressants publiés au niveau international.

Personnes très âgées en institution : leur « fragilité » impacte la prise en charge de l’hypertension artérielle

Pr A. Benetos

En l’occurrence, l’étude de PARTAGE, a observé pendant deux ans, l’impact du niveau de la pression artérielle et de l’usage d’anti hypertenseurs sur plus de 1100 personnes de plus de 80 ans vivant en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). L’article montre que celles qui ont une Pression Artérielle Systolique (PAS) inférieure à 130mmHg sous multiples traitements antihypertenseurs, présentent une surmortalité par rapport aux autres patients du même âge et ayant les mêmes caractéristiques cliniques par ailleurs.

 

Cette première étape conforte la légitimité du questionnement des médecins chercheurs sur le niveau de traitement à appliquer à des personnes de plus de 80 ans, résidents en EHPAD, et, pour beaucoup, poly médicalisées (en moyenne usage régulier de 7 à 8 médicaments par personne). Elle pointe une « fragilité » à prendre en compte dans la prescription des traitements contre l’hypertension. La seconde étape que le Pr Bénétos et le Pr Rossignol du CIC- Plurithématique du CHRU de Nancy souhaiteraient franchir, c’est la vérification concrète de l’hypothèse par la mise en place d’une étude interventionnelle internationale afin de constater les effets d’une réduction programmée et progressive de ces traitements sur le public ciblé.

 

En France, 700 000 personnes de plus de 80 ans résident en EHPAD, ce qui explique l’intérêt de la recherche médicale pour ces publics, rejoignant en cela un des objectifs majeurs des études internationales, qui porte sur la polymédication des personnes très âgées et interpelle l’ensemble des médecins sur leurs pratiques.

 

 

 

 


Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :